Array ( [0] => Array ( [id_blog_category] => 20 [name] => Connaître le champagne [link_rewrite] => connaitre-le-champagne [id_blog_category_parent] => 0 [link] => https://www.philandbert.fr/en/carnets/category/20-connaitre-le-champagne ) ) 1

les cépages de Champagne

Cépages et assemblages, une typicité champenoise qui en fait la richesse et la diversité des vins produits ici.

Cépages de la Champagne

7 Cépages sont autorisés en Champagne, les trois premiers représentent plus de 99 % des volumes élaborés : Pinot Noir, Pinot Meunier, Chardonnay.

Pinot Blanc (ou Pinot Blanc vrai) , Pinot Gris (appelé également Fromenteau), Petit Meslier et Arbane ne représentent que 0,03 % de la production mais donnent parfois des vins tout à fait intéressants aux styles très typiques, mais sur certains terroirs seulement et à condition de respecter certaines règles de productivité. Nous y revenons plus loin.

La Montagne de Reims, essentiellement argileuse et argilo-calaire est propice au Pinot Noir qui donne des vins vineux. La Vallée de la Marne aux terrains limono-sableuse ou limono-argileuse permet au Pinot Meunier de donner des vins surtout fruités et élégants, la Côte des Blancs, comme l’indique son nom est propice au Chardonnay sur des terroirs de Craie et enfin la Côte des Bar permet de nouveau au pinot noir de s’exprimer sur des terroirs d’argile.
Ce ne sont là que des caractéristiques générales que PHIL & BERT se chargent de vous faire découvrir et nuancer au fur et à mesure de vos dégustations.

Les Champagnes issus des cépages dits « oubliés » - Arbane, Fromenteau , Petit Meslier et Pinot Blanc - bénéficiant d’un certain engouement de la part de journalistes et critiques avides de nouveauté et de sensationnel, quelques vignerons ou maisons s’essaient, avec plus ou moins de succès à élaborer des cuvées de ce type, mais on est plus souvent dans l’anecdotique et surtout dans des prix assez « délirants »…

PHIL & BERT se sont intéressés aux seuls vignerons travaillant ces cépages dans un but précis de qualité et de résurrection de saveurs oubliées, pas seulement de cépages oubliés.
Ces cépages ont en général été abandonnés après la crise du phylloxera, car ils étaient plus difficiles à cultiver ou moins productifs ou encore moins qualitatifs.
Pourtant, encore une fois, quelques vignerons curieux et cherchant à relever le défi, ont tenté avec succès de replanter des raisins et d’élaborer des vins à partir d’un ou plusieurs d’entre eux parfois en assemblage à l’un ou plusieurs des trois autres « seigneurs de la Champagne », Pinots et Chardonnay.


Assemblage

L’assemblage est le terme utilisé dans le monde du vin pour parler de mélange de vins.
On peut mélanger des vins de raisins différents, comme à Bordeaux, en Loire ou en Vallée du Rhône. On peut mélanger des vins de parcelles différentes comme en Bourgogne.

En Champagne on peut mélanger des vins issus de raisins différents, de parcelles différentes(*) de vins d’années différentes, de mélanger vin blanc et vin rouge pour élaborer un rosé, ce qui est formellement interdit dans les autres régions de production d’AOC françaises.

Pourquoi la Champagne viticole a t elle gardé cette tradition d’élaborer des vins d’assemblage ?

Historiquement, à l’époque où Dom Pérignon reprend la gestion des domaines agricoles et notamment viticoles de l’Abbaye de Hautvilliers, c’est pour lutter contre la concurrence des vins de Bourgogne en élaborant des vins de qualité. Or jusqu’ici on se contentait de « faire avec ce que l’on avait sous la main », c’est à dire qu’on vinifiait ensemble des raisins issus de la même vigne, du même raisin ou de façon aléatoire sans se soucier de la typicité de tel ou tel raisin, de tel ou tel terroir.
Si Dom Pérignon n’a pas « inventé le champagne » comme se plait à raconter la légende, il a en revanche mis en œuvre la technique d’assemblages de raisins issus de terroirs différents et de raisins différents pour réaliser des « cuvées » plus équilibrées, plus harmonieuses, susceptibles de plaire aux palais les plus avertis et ainsi concurrencer efficacement les vins de ses voisins bourguignons.

Le vignoble de Champagne est le plus septentrional de tous les vignobles de France et donc le plus sujet aux variations climatiques, ayant souvent donné des raisins peu sucrés, acides, voire verts jusqu’à une période assez récente. Les vignerons champenois se sont donc toujours efforcés de marier des raisins aux caractères différents, depuis Dom Pérignon, pour élaborer des vins plus équilibrés, plus ronds et gourmands. L’ajout de vins de réserve au vin de l’année a encore permis d’adoucir, d’enrichir les vins et enfin la liqueur d’expédition de donner un style plus commercial, plus fruité, plus gourmand en ajoutant du sucre en fin d’élaboration.




* pourvu qu’elles soient dans la zone délimitée Champagne ou Champagne 1er Cru ou Champagne Grand Cru