Array ( [0] => Array ( [id_blog_category] => 20 [name] => Connaître le champagne [link_rewrite] => connaitre-le-champagne [id_blog_category_parent] => 0 [link] => https://www.philandbert.fr/en/carnets/category/20-connaitre-le-champagne ) ) 1

Servir le champagne : les 5 règles à suivre (... ou pas)

Règle n°1 : "Ton verre avec soin tu choisiras…"
Loin d’une vue de l’esprit, le choix du verre influe énormément sur la perception des qualités d’un vin : et c’est aussi vrai pour le champagne ! C’est donc une question à se poser en ces temps propices à l’ouverture de jolies bouteilles
Oubliez les coupes jolies mais qui dispersent les arômes et débordent au moindre geste brusque ; oubliez les flûtes fines remplies jusqu’en haut dont l’effervescence trop forte anesthésiera vos narines ; préférez des flûtes larges ou des verres à vin blanc, jamais remplies plus qu’à moitié, qui développeront toute la richesse aromatique du champagne. La prochaine fois, faites le test en comparant la dégustation en flûte et en verre à vin blanc !

… ou pas :
Si vous n’avez pas le choix du verre ou de la flûte, veillez à ne pas trop le/la remplir (pas plus de la moitié). En revanche, aucune indulgence pour le plastique, du gobelet aux flûtes « cristal » jetables : massacre des bulles garanti ! Bannissez-le à jamais, le champagne vous remerciera (et l’environnement aussi).

Voilà un excellent verre à champagne !

Règle n°2 : "A l’ouverture le bouchon tu maitriseras…"
L’ouverture maitrisée et progressive, outre la protection de vos yeux et du lustre du salon, préserve aussi toute l’effervescence du champagne ; alors que le saut du bouchon occasionne un brutal changement de pression et va favoriser le dégazage plus rapide du champagne dans la bouteille puis dans les verres.
La technique : on garde le muselet métallique autour du bouchon une fois desserré, on enserre le tout d’une main avec le pouce au-dessus pour freiner la montée, et on tourne la bouteille avec l’autre main plutôt que le bouchon. Vous sentirez le bouchon commencer à monter, reste à maitriser pour n’avoir qu’un « pssshhh » à sa libération.

…ou pas :
Le « paf » du bouchon participe de l’aspect festif, on s’en voudrait de vous priver de ce plaisir si la bouteille est destinée à être servie de suite !



Règle n°3 : "
Pas trop frais tu serviras…"

L’une des mauvaises habitudes bien ancrées est de servir le champagne trop « frappé » : une méthode qui permet (certes aux mauvais) de masquer le manque de qualités d’un champagne médiocre, mais qui masque la plupart des arômes d’un champagne de qualité. Si vous voulez plus qu’une boisson pétillante, servez le premier verre à la sortie du réfrigérateur, mais conservez la bouteille sur la table sans glace : le premier verre se dégustera à 7-8°, le second à 10°, et le troisième à 12° : trois expressions différentes d’un même vin !

…ou pas :
En été on veillera à garder la bouteille ouverte dans un seau avec de l’eau et des glaçons, le champagne se réchauffe très vite dans le verre.



Règle n°4 : "Un peu d’aération tu oseras…"
Ouvrir la bouteille, servir et boire, tout cela en deux minutes, ne permet pas au champagne de s’exprimer. N’oubliez pas que c’est un vin, et que le contact avec l’air lui fait du bien ! N’hésitez pas à ouvrir la bouteille 10 minutes avant de servir, elle conservera ses bulles et le champagne commencera à prendre ses aises plus rapidement dans le verre. Saviez-vous que l’on peut même carafer certains champagnes ? Nous en reparlerons prochainement…

…ou pas :
Quoi, vous êtes assoiffés à ce point ? Présentez le champagne, parlez-en un peu avant de servir, ce sera du temps pour mieux en profiter ! Nous vous donnons plein d'informations sur les cuvées que nous avons sélectionnées, qui vous feront découvrir peu à peu toutes les richesses et variations des champagnes de producteurs.



Règle n°5 : "Deux champagnes tu dégusteras !..."
SI vous pensez que tous les champagnes se ressemblent, c’est sans doute faute d’avoir pu les comparer. Pourtant, quel contraste entre un pur chardonnay de la Côte des Blancs et un blanc de noirs de la Montagne de Reims ! Commencez par un champagne d’apéritif frais et floral, puis servez un petit verre d’un champagne plus vineux que vous emmènerez à table sur un poisson ou une viande blanche : explosion des sens garantie !

…ou pas :
Si vous n’avez qu’un champagne, relisez notre troisième règle ! Servi à l’apéritif, le premier verre rafraichira ; puis après 20 minutes le reste de la bouteille sera amené à table, aéré et un peu réchauffé il révèlera d’autres aspects de sa personnalité, plus complexe et adaptée aux volailles et poissons déjà mentionnés à l’instant.

2 champagnes rosés, différents à l'oeil, au nez, en bouche !


Plus d’articles sur le Champagne, sa petite et grande histoire, et nos carnets de voyage et dégustation, sur philandbert.fr